Des vacances minimalistes malgré nous

Nous avons testé les vacances minimalistes. Cela a été un choix imposé par les circonstances.

Nous partions avec notre caravane et nous avions tout prévu : une gazinière, des matelas, des jouets, des livres (même une lampe pour lire le soir), des vêtements pour le froid, pour le chaud, pour le bain et pour se faire chic, nos pyjamas, la trousse de toilette de chacun, la trousse à pharmacie, une petite télé, une Nintendo pour le voyage, etc.

On avait pris le temps de réfléchir afin de n’apporter aucune affaire superflue ou encombrante. Des amis nous attendaient sur place. Nous étions contents de partir avec notre petit chez nous.

Et tout d’un coup, notre voiture nous a lâché. Elle n’avait plus envie de tirer la caravane à 35 °C à travers les Pyrénées. Il faisait chaud. Mon compagnon a levé le capot de la voiture, ça fumait. J’ai réveillé ma grande fille qui venait (enfin) de s’endormir et je suis partie me mettre à l’ombre avec mes deux filles, sous un pont, entre la route et un champ de blé. Leur père essayait  de refroidir le moteur, sans succès.

Il y avait de la paille par terre. Ma fille de trois ans, s’est amusée à les jeter sur soi en riant et en chantonnant, heureuse, « c’est la fête, c’est la fête, ouais, c’est la fête ». Sa sœur et moi avons pouffé de rire, tellement la scène était décalée, ce qui l’a encouragé à continuer. Après elles ont joué à inventer des mots et les fous rires ont commencé. Toute une leçon de mindfulness.

Puis, la grue. Au garage, on nous a confirmé que la voiture avait rendu définitivement l’âme. Nous n’avons trouvé aucune voiture de location. On était tristes et découragés.

Ma petite fille avait enfin compris que nous n’irons pas à la plage avec sa copine et elle n’avait plus envie de rigoler, la grande nous a dit que c’était le pire été de sa life . Quant à nous, les adultes, on n’avait plus du tout la pêche pour prévoir des activités sympas pour les jours qui venaient, en plus sans voiture.

Alors je me suis dit, « et si l’on partait avec l’indispensable ?  Tiens, on va faire de vrais vacances minimalistes ».

Pour voir si c’était possible, j’ai noté sur une feuille tout ce dont on aurait besoin : une tente, des matelas, des maillots de bain, une trousse de toilette commune, quelques vêtements, nos pyjamas, un chargeur pour nos téléphones, une serviette familiale, bon, soyons fous, deux.

Ça faisait six paquets. Les filles devraient être responsables, chacune, d’une partie des bagages.

Nous sommes partis en train.

Finalement, il y a eu peu de choses qui nous ont vraiment manqué. Quoique, si,  mais seulement si l’on compare les vacances telles qu’elles ont été versus les vacances que l’on avait prévu, ce qui est inutile.

Nous avons sauté sur les vagues et profité d’autres plaisirs simples mais incontournables des vacances à la mer.

Et nous nous sommes prouvés que nous sommes capables d’atteindre nos buts avec moins de moyens.

Calendrier de l’Avent minimaliste

Ce matin ma grande fille me rappelle que nous sommes le premier décembre et me demande s’il y a un calendrier de l’avant. « Euh… oui, bien sûr, tu verras ce soir ».

J’avais complètement oublié et je n’ai pas envie d’acheter les calendrier bourrés de sucre et remplis de publicité que l’on trouve en grand surface, ni des jouets qui seront sûrement de trop.

Me voici en train de préparer un calendrier de l’Avant immatériel. Chaque jour, il y aura une activité surprise à faire en famille. Nos filles ont 8 et 3 ans, donc ce n’est pas toujours facile de trouver des activités qui conviennent à toutes les deux. Si vous avez des enfants plus rapprochés il y aura certainement plus de choix.

Voilà ce que j’ai mis :

  • Soirée Karaoke
  • Apprendre une chanson de Noël en espagnol
  • Faire une photo de famille avec des grimaces
  • Faire une photo de famille déguisés
  • Histoire de Noël : il y aura quatre, nous allons écrire entre tous une histoire de Noël en quatre épisodes
  • Promenade dans la nuit
  • Jouer au cache-cache
  • Jouer au Mikado
  • Jouer au Pictinonary
  • Jouer au Téléphone sans fil
  • Jouer à la Ronde des Oies
  • Jouer au Memory
  • Regarder des photos de Noël d’autres années

Une autre idée pour ceux qui vont fêter Noël à la maison serait d’en profiter pour décorer la maison, un jour le sapin, un jour les lumières, etc.

Il manque encore quelques papiers, on les ajoutera en fonction du feedback ; il y aura « faire des gâteaux de Noël » quand aura tous les ingrédients à la maison et peut-être aussi « Et si on mangeait des chocolats? » car de temps en temps ça fait quand même plaisir.

Faire plaisir aux enfants sans tomber dans la surconsommation de Noël

Dans deux mois, c’est Noël. Les grandes enseignes sont en train de lancer leurs campagnes de Noël.  Pour celles qui vendent de jouets, le moment est crucial et ils vont mettre en place tous leurs moyens pour atteindre leur cible. Certains le font sans scrupules quant au message véhiculé tant que celui-ci génère des ventes.

Vous avez décidé de dire « oui » à faire plaisir aux enfants, et « non » à la surconsommation de Noël? Voici quelques conseils.

Pour commencer, et si on évitait que les enfants regardent les catalogues des jouets et d’autres publicités pour que  les marques ne décident pas à leur place? Au passage, on éviterait de les exposer à une vision réductionniste du jeu telle que « jouets pour fille » et « jouets pour garçon ». Vous pouvez toujours  les feuilleter en cachette pour prendre des idées.

Tout comme les entreprises, faites un bilan. Rappelez-vous des cadeaux de l’année dernière et identifiez les échecs et les réussites. Qu’est-ce qu’il a ressenti au moment d’ouvrir le paquet? Est-ce qu’il a joué pendant l’année? Où on le garde maintenant?

C’est aussi le moment idéal pour trier les jouets : vous gagnerez de la place et aurez des pistes. Il manquerait quelque chose? On trouve des doublons?  Des pièces de jouets différents mélangées? Peut-on améliorer le système de rangement?

Une autre option pour éviter l’encombrement et faire plaisir : les cadeaux expérience comme des entrées pour un spectacle, pour un parc à thème, etc.

 

Les « aimants à désordre »

Certains endroits de ta maison pourraient être des « aimants à désordre ». Saurais-tu les reconnaître ?

*

Ils sons susceptibles d’apparaître dans toutes les pièces de la maison.

Ils peuvent être des tiroirs ou des surfaces, souvent, ils n’ont pas une fonction très claire, du coup, lorsque nous ne savons pas où mettre un objet, ou alors, lorsque nous n’avons pas envie de  le ranger, il est attiré par  « l’aimant à désordre » le plus proche. Plus ce dernier devient grand, moins nous avons envie de le ranger et plus il attire les objets divers.

Les « aimants à désordre » ne nous rendent pas heureux. Il ne correspond à aucune fonction concrète, nous ne pouvons pas les associer à aucune idée positive telle qu’un objectif, un souvenir, un plaisir, etc. Au contraire, ils déclenchent des pensés négatives et  ils peuvent nous faire sentir fatigués, débordés ou insatisfaits.

Quoi faire ?

Une seule solution : s’en débarrasser. Jeter ce qui est à jeter, ranger ce qui est à ranger. Ou, autrement dit, libérer les objets attrapés par « l’aimant à désordre ».

Nous pouvons nous étonner du temps qu’il faut pour ranger un petit volume d’objets lorsqu’ils sont de nature très diverse. Exemple : un stylo, un élastique, une lime à onglets,  un paquet de mouchoirs, une pièce de monnaie, un bouton, plusieurs pièces de jeux différents, un petit cahier, une punaise, un bracelet casé… En avons-nous besoin de tous ?

Après avoir libéré les objets, nous pouvons dans certains cas nous débarrasser de « l’aimant à désordre » ou alors trouver la fonction qui lui correspond  et rester vigilants.

*Le monstre sans visage, « Le voyage de Chihiro », Hayao Miyazaki, 2001.

Ceci n’est qu’une cuillère en plastique

Nous vivons dans un monde où souvent on utilise des cuillères en plastique qui viennent de l’autre bout du monde. Pour cela, il faut un voyage, des ressources de la nature et le travail d’autres personnes. Nous l’utilisons une seule fois et nous la jetons après. Pourquoi ne pas utiliser une cuillère en métal que l’on peut laver et réutiliser?

Cette malheureuse cuillère en plastique ne nous rendra pas heureux!

Cuillère_en_plastique

Nous n’éprouverons pas un plaisir particulier à utiliser cette cuillère. Au contraire, nous sentirons une certaine gène quand nous n’en aurons plus besoin.

Nous n’avons pas choisi d’agir comme cela, c’est un mode de vie qui n’a pas été consciemment choisi par nous.

Cependant, ce n’est pas une malédiction, nous pouvons choisir de prendre conscience de ce qui nous possédons et utilisons ainsi que des conséquences pour nous mêmes et pour les autres.

Et de plus, cette prise de conscience peut nous rendre heureux et nous apprendre à mieux nous connaitre!

Cela, c’est du minimalisme, mais le minimalisme n’est  pas que cela.